A la une !

Journée annuelle 2019 et diplôme d'université 2020

- Le rendez-vous incontournable du Club Social aura lieu jeudi 12 décembre à Paris.

Programme et inscription     

- L'université Panthéon-Assas, Paris II, et le CSOEC proposent un diplôme d'université sur le droit des relations sociales, ouvert aux experts-comptables et collaborateurs.

Présentation - Inscription 

OUTILS DES PARTENAIRES

Pour développer vos missions sociales : protection sociale, épargne salariale...

Accédez aux outils des partenaires

GRANDS DOSSIERS

Accédez aux
grands dossiers

authentification requise

Les écrits pour les adhérents du Club :

  • Fiches clients
  • Questions/ réponses
  • Diaporamas…

Pour vous informer, former vos collaborateurs, alimenter votre site internet

Accédez à Infodoc-experts

Actualité sociale

  • 07.06.11

    L’adhésion à la CRP ou à la CTP solde les droits individuels à formation

    L’adhésion à la CRP ou à la CTP solde les droits individuels à formation

    La DGEFP publie un « questions – réponses » relatif à la réforme des OPCA issue de la loi du 24 novembre 2009. Ce « questions-réponses » est notamment l’occasion de préciser le sort des droits individuels à formation (DIF) dans le cadre de l’adhésion à un dispositif de convention de reclassement personnalisée (CRP) ou de contrat de transition professionnelle (CTP).

     

    Les actions menées dans le cadre de la CRP et de la CTP étant notamment financées par l’utilisation du reliquat des droits à DIF acquis à la date de rupture, la DGEFP précise que l’adhésion par le salarié à un dispositif de CRP ou de CTP a pour effet de consommer les droits acquis et de solder les droits du salarié.

    Dans ce cadre, les mécanismes de portabilité des DIF n’ont plus vocation à s’appliquer.

    La DGEFP précise également que l’employeur n’est plus tenu dans le cadre d’une adhésion à la CRP ou à la CTP de faire figurer les DIF acquis dans le certificat de travail.

    Référence

    DGEFP Questions réponses 6 mai 2011 Question n° 8.4

  • 06.06.11

    Indemnité forfaitaire pour travail dissimulé et heures supplémentaires

    Indemnité forfaitaire pour travail dissimulé et heures supplémentaires

    En cas de dissimulation d'emploi salarié (art. L. 8223-1 C. tr.), le salarié a droit, si son contrat de travail est rompu, à une indemnité égale à 6 mois de salaire (sauf dispositions conventionnelles plus favorables) calculée en tenant compte des heures supplémentaires.

     

    Dans une affaire soumise à la Cour de cassation, les juges du fond avaient fixé cette indemnité à 6 mois du dernier salaire perçu avant la rupture du contrat de travail, sans tenir compte des heures supplémentaires ni des dimanches travaillés.

    Confirmant sa jurisprudence, la Haute Cour rappelle que le montant de l'indemnité forfaitaire pour travail dissimulé doit être calculé en tenant compte des heures supplémentaires effectuées par le salarié sur les 6 mois qui précèdent la rupture du contrat de travail

    Référence

    Cass. soc. 5 mai 2011, n° 10-11967

  • 06.06.11

    Retraite et rachat des années d’études

    Retraite et rachat des années d’études

    Une circulaire CNAV n° 2011-37 du 12 mai 2011, rectifiant celle du 8 février 2011, revient sur l’impact de la réforme des retraites sur le versement pour la retraite (VPLR) au titre des années d’études supérieures ou d’années d’activité incomplètes.

     

    La modification porte sur « l’ajustement des paramètres liés à l’âge » avec la suppression du tableau relatif aux modalités de détermination du coût du VPLR d’un assuré âgé de plus de 62 ans.

    En effet, les modalités de détermination du coût du versement pour la retraite des assurés âgés d’au moins 20 ans et de moins de 67 ans évolueront chaque année. Aussi, le barème sera fixé, chaque année par arrêté et non par simple circulaire.

    Référence

    Circulaire CNAV n° 2011-37 du 12 mai 2011

     

  • 26.05.11

    Amélioration de l’emploi des travailleurs handicapés

    Amélioration de l’emploi des travailleurs handicapés

    Dans son rapport annuel 2010, le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) propose plusieurs mesures pour faire progresser « l’information et l’orientation » des travailleurs handicapés.

     

    Ce rapport prévoit notamment :

    • affirmer le rôle central de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) dans le suivi et l’accompagnement des travailleurs handicapés tout au long du parcours professionnel ;
    •  maintenir les moyens des psychologues du travail et des conseillers à l’emploi, signer des conventions entre les services de préorientation, les organismes de placement spécialisés et les MDPH ;
    • prévoir dans le plan personnalisé de compensation le financement d’aides humaines pour l’accès à la formation continue ou à la validation des acquis de l’expérience ;
    • prendre en charge en totalité et sans plafond les surcoûts liés au transport des personnes handicapées en vue de l’accès à une formation ou à un emploi.

     Le rapport préconise aussi de :

    • permettre ou faciliter le travail à temps partiel par le maintien d’un complément de salaire en cas de travail à temps partiel ou à temps discontinu en raison du handicap et reconduire l’aide à la réduction du temps du travail avec financement de l’État, de l’Agefiph et du FIPHFP (Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la Fonction publique), voire des entreprises dans le cadre de leurs accords, sous réserve d’une modification de la loi ;
    • rendre prioritaires les demandeurs d’emploi travailleurs handicapés sur les contrats uniques d’insertion ;
    • proposer un accompagnement tout au long de la vie professionnelle pour les publics les plus fragiles (demandeurs d’emploi de longue durée, personnes de plus de 50 ans, personnes lourdement handicapées) ;
    • maintenir le financement des Cap emploi par Pôle emploi à hauteur de 70 000 places ;
    • améliorer la qualité des accords d’entreprise en réalisant un bilan des obligations prévues par la loi et allouer les moyens suffisants aux DIRRECTE pour agréer et suivre l’application effective des accords ;
    • améliorer l’accès à la reconnaissance de la lourdeur du handicap ;
    • rendre effective l’obligation d’accessibilité des locaux de travail ;
    • développer la téléphonie adaptée aux personnes sourdes dans et par les entreprises.

    Référence

    Rapport annuel 2010 du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH)

Dernières mises à jour

  • 13.09.19

    Mise en place du CSE

    Les employeurs d’au moins 11 salariés doivent mettre en place un CSE. À défaut, de nombreuses sanctions sont encourues.

    Les entreprises déjà dotées de DP, CE… doivent mettre en place un CSE au plus tard au 31/12/2019.

    Pour accompagner vos clients dans la mise en place du CSE, nous vous proposons un outil avec :

    • un calendrier des opérations électorales
    • pour chaque étape du processus, des fiches explicatives (calcul des effectifs, déroulement du scrutin…) et/ou des exemples de documents (information des salariés, invitation des organisations syndicales, liste électorale, protocole d’accord préélectoral…)

       

    Ainsi qu’une lettre de mission :

    - Client lié à l'expert-comptable par une mission en matière comptable

    - Client lié à l'expert-comptable par une mission d'assistance en matière sociale

        

    Mode d'emploi de l'outil « mise en place du CSE »

    > Télécharger l’Outil « Mise en place du CSE »

    Le schéma « Déroulé des opérations » offre une vue d’ensemble des opérations à effectuer.
    Cliquer sur l’intitulé des opérations pour ouvrir la fiche correspondante. Certaines fiches contiennent des exemples téléchargeables au format Word en cliquant sur le picto figurant en tête d’exemple.

    [1] Ordonnance n° 2017-1386 du 22 septembre 2017

    AIDE : Si vous utilisez GoogleChrome : le PDF se télécharge en bas à droite de l'écran. Clic droit pour obtenir les options : "toujours ouvrir avec ADOBE"

  • 11.09.19

    Rédaction du contrat de travail

    L’expert-comptable, dont la compétence est reconnue en matière sociale, est de plus en plus sollicité pour assister le chef d’entreprise dans le choix du contrat de travail et la rédaction de celui-ci.

    Le contrat de travail est l’élément déterminant dans les relations entre l’employeur et le salarié. Aussi une attention particulière doit être portée à la rédaction des clauses de celui-ci afin qu’il reflète la commune intention des parties et prenne en compte les spécificités du poste de travail et les contraintes de l’entreprise.

    Pour accompagner la profession dans cette mission, il est mis à disposition un outil pratique qui propose :

    •     des exemples de clauses du contrat de travail à utiliser en fonction des spécificités du poste de travail ; pour chaque clause, une fiche présente l’intérêt de la clause, le public visé, les points de vigilance ;
    • des exemples de contrats de travail (CDI et CDD, à temps plein et à temps partiel) ;
    • des éléments marketing pour présenter la mission aux clients : fiche clients et fiche cabinet.

       

    Télécharger l'outil   (mise à jour : septembre 2019)

    PDF incluant, en téléchargement signalé par des pictos, 25 exemples de clauses de contrat de travail, 4 exemples de contrats de travail, 2 fiches marketing

    AIDE : Si vous utilisez Google Chrome : le PDF se télécharge en bas à droite de l'écran. Clic droit pour obtenir les options : "Toujours ouvrir avec ADOBE"

  • 06.09.19

    Se prémunir des agissements sexistes au sein des entreprises

  • 06.09.19

    Licenciement injustifié : qu'en est-il du barème "Macron" ?