A la une !

Journée annuelle 2019 et diplôme d'université 2020

- Le rendez-vous incontournable du Club Social aura lieu jeudi 12 décembre à Paris.

Programme et inscription     

- L'université Panthéon-Assas, Paris II, et le CSOEC proposent un diplôme d'université sur le droit des relations sociales, ouvert aux experts-comptables et collaborateurs.

Présentation - Inscription 

OUTILS DES PARTENAIRES

Pour développer vos missions sociales : protection sociale, épargne salariale...

Accédez aux outils des partenaires

GRANDS DOSSIERS

Accédez aux
grands dossiers

authentification requise

Les écrits pour les adhérents du Club :

  • Fiches clients
  • Questions/ réponses
  • Diaporamas…

Pour vous informer, former vos collaborateurs, alimenter votre site internet

Accédez à Infodoc-experts

Actualité sociale

  • 22.02.11

    Précisions sur le rachat des années d’études

    Précisions sur le rachat des années d’études

    Dans une circulaire n° 2011-18 du 8 février 2011, la CNAV revient sur le dispositif de rachat des années d’études suite à la réforme des retraites par la loi n° 2010-1330 du 9 novembre 2010.

    Compte tenu du relèvement de l'âge d'annulation de la décote, l'âge à partir duquel il n'est plus possible d'effectuer un rachat a ainsi été porté de 65 à 67 ans par le décret n° 2010-1737 du 30 décembre 2010.

    La CNAV fait le point sur les modifications relatives aux conditions du rachat des années d’étude pour les demandes déposées depuis le 1er janvier 2011 et notamment pour les :

    - l'ajustement des paramètres liés à l'âge ;

    - la mise en place d'un coefficient de majoration dans le but de maintenir la neutralité actuarielle du dispositif pendant la phase transitoire ;

    - le calcul du salaire annuel moyen entrant dans la formule de calcul de la retraite.

    Référence :

    Circulaire CNAV n° 2011-18 du 8 février 2011

  • 22.02.11

    Montants des taxes de renouvellement du titre de séjour

    Montants des taxes de renouvellement du titre de séjour

    Les montants des taxes de renouvellement des titres de séjour des travailleurs étrangers sont relevés par un décret du 9 février 2011.

    La taxe pour le renouvellement de la carte de séjour temporaire valable un an portant la mention « étudiant » est de 30 €.

    Elle est de 55 € pour :

    – la carte de séjour temporaire « étudiant » valable plus d’un an ;

    – la carte temporaire de l’étranger qui suit en France un stage dans le cadre d’une convention de stage visée par l’autorité administrative compétente ;

    – la carte de séjour temporaire « vie privée vie familiale » de l’étranger bénéficiaire d’une rente d’accident du travail ou de maladie professionnelle servie par un organisme français et dont le taux d’incapacité permanente est égal ou supérieur à 20 % ;

    – la carte de résident délivrée de plein droit à l’étranger titulaire d’une rente d’accident de travail ou de maladie professionnelle versée par un organisme français et dont le taux d’incapacité permanente est égal ou supérieur à 20 % ainsi qu’aux ayants droit d’un étranger, bénéficiaires d’une rente de décès pour accident de travail ou maladie professionnelle versée par un organisme français.

    La taxe pour le renouvellement des autres cartes de séjour temporaire valables un an est fixée à 85 € et celle pour le renouvellement de la carte de séjour « compétences et talents » et des cartes de séjour temporaires valables plus d’un an (hors celle pour les étudiants) à 110 €.

    Le décret fixe également le montant des taxes dues en cas de fourniture d’un duplicata de la carte de résident, de résident permanent et de séjour « retraité », etc.

    Référence :

    Décret n° 2011-163 du 9 février 2011 relatif au montant des taxes prévues aux articles L. 311-13, L. 311-14 et L. 311-15 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile

  • 21.02.11

    Précisions sur la retraite progressive

    Précisions sur la retraite progressive

    Dans une circulaire n° 2011-14 du 3 février 2011, la CNAV revient sur le dispositif de la retraite progressive pérennisé par la loi de réforme des retraites du 9 novembre 2010. Elle rappelle que les conditions pour bénéficier d’une retraite progressive ont évolué du fait des nombreuses modifications introduites par cette même loi.

    La CNAV précise la portée de la loi portant réforme des retraites et de ses décrets d’application sur la retraite progressive et notamment sur :

    - Le report de l’âge légal de départ à la retraite : les premiers concernés par le report progressif de 60 à 62 ans de l’âge légal de départ à la retraite seront ceux nés entre le 1er  juillet 1951 et le 31 décembre 1951 inclus qui pourront obtenir une retraite progressive à partir de 60 ans et 4 mois.

     - L’activité à temps partiel : l’ouverture du droit et le paiement d’une retraite progressive sont conditionnés à l’exercice d’une activité à temps partiel. La CNAV rappelle que l’assuré ne peut exercer, dans le cadre de la retraite progressive, qu’une seule activité à temps partiel.

     - La possibilité de cotiser sur la base d’un temps plein : la CNAV rappelle que par accord entre les parties, les cotisations d’assurance vieillesse dues au titre de la rémunération du salarié à temps partie peuvent être calculées sur la base d’une activité à temps plein.

    Référence :

    Circulaire CNAV n° 2011-14 du 3 février 2011

  • 21.02.11

    Allégements Fillon et TEPA dans le secteur des transports routiers

    Allégements Fillon et TEPA dans le secteur des transports routiers

    Dans une circulaire question-réponse du 26 janvier 2011, l’administration précise les modalités d’application des allègements TEPA et de la réduction générale de charges sociales dite « Fillon » dans le secteur des transports routiers.

    La circulaire se prononce uniquement, en ce qui concerne la réduction Fillon, sur le calcul de la réduction appliquée chaque mois par anticipation. Les modalités spécifiques liées à l’annualisation seront précisées ultérieurement.

    La circulaire aborde différentes problématiques telles que l’incidence des jours fériés chômés sur les heures supplémentaires, l’incidence des heures d’équivalence sur l’application du dispositif TEPA, etc.

    Référence

    Circulaire ACOSS n° 2011-008 du 26 janvier 2011 relative aux allégements applicables au titre des heures supplémentaires et complémentaires et réduction dite Fillon – Secteur routier

Dernières mises à jour

  • 13.09.19

    Mise en place du CSE

    Les employeurs d’au moins 11 salariés doivent mettre en place un CSE. À défaut, de nombreuses sanctions sont encourues.

    Les entreprises déjà dotées de DP, CE… doivent mettre en place un CSE au plus tard au 31/12/2019.

    Pour accompagner vos clients dans la mise en place du CSE, nous vous proposons un outil avec :

    • un calendrier des opérations électorales
    • pour chaque étape du processus, des fiches explicatives (calcul des effectifs, déroulement du scrutin…) et/ou des exemples de documents (information des salariés, invitation des organisations syndicales, liste électorale, protocole d’accord préélectoral…)

       

    Ainsi qu’une lettre de mission :

    - Client lié à l'expert-comptable par une mission en matière comptable

    - Client lié à l'expert-comptable par une mission d'assistance en matière sociale

        

    Mode d'emploi de l'outil « mise en place du CSE »

    > Télécharger l’Outil « Mise en place du CSE »

    Le schéma « Déroulé des opérations » offre une vue d’ensemble des opérations à effectuer.
    Cliquer sur l’intitulé des opérations pour ouvrir la fiche correspondante. Certaines fiches contiennent des exemples téléchargeables au format Word en cliquant sur le picto figurant en tête d’exemple.

    [1] Ordonnance n° 2017-1386 du 22 septembre 2017

    AIDE : Si vous utilisez GoogleChrome : le PDF se télécharge en bas à droite de l'écran. Clic droit pour obtenir les options : "toujours ouvrir avec ADOBE"

  • 11.09.19

    Rédaction du contrat de travail

    L’expert-comptable, dont la compétence est reconnue en matière sociale, est de plus en plus sollicité pour assister le chef d’entreprise dans le choix du contrat de travail et la rédaction de celui-ci.

    Le contrat de travail est l’élément déterminant dans les relations entre l’employeur et le salarié. Aussi une attention particulière doit être portée à la rédaction des clauses de celui-ci afin qu’il reflète la commune intention des parties et prenne en compte les spécificités du poste de travail et les contraintes de l’entreprise.

    Pour accompagner la profession dans cette mission, il est mis à disposition un outil pratique qui propose :

    •     des exemples de clauses du contrat de travail à utiliser en fonction des spécificités du poste de travail ; pour chaque clause, une fiche présente l’intérêt de la clause, le public visé, les points de vigilance ;
    • des exemples de contrats de travail (CDI et CDD, à temps plein et à temps partiel) ;
    • des éléments marketing pour présenter la mission aux clients : fiche clients et fiche cabinet.

       

    Télécharger l'outil   (mise à jour : septembre 2019)

    PDF incluant, en téléchargement signalé par des pictos, 25 exemples de clauses de contrat de travail, 4 exemples de contrats de travail, 2 fiches marketing

    AIDE : Si vous utilisez Google Chrome : le PDF se télécharge en bas à droite de l'écran. Clic droit pour obtenir les options : "Toujours ouvrir avec ADOBE"

  • 06.09.19

    Se prémunir des agissements sexistes au sein des entreprises

  • 06.09.19

    Licenciement injustifié : qu'en est-il du barème "Macron" ?