A la une !

Mise en place d'un accord d'intéressement : une opportunité à saisir pour les TPE/PME !

Outil incontournable d’une gestion sociale optimale de l’entreprise, la mise en place d’un accord d’intéressement est favorisée dans les TPE/PME par la suppression de toute cotisation patronale.
Pour vous accompagner, nous mettons à votre disposition un dossier thématique contenant différents outils (une fiche client, une lettre de mission dédiée, un exemple d’accord d’intéressement…) et à une hotline gratuite assurée par Infodoc-experts.

Vous trouverez les outils sur le site de l'Ordre en vous connectant avec votre COMPTEXPERT

OUTILS DES PARTENAIRES

Pour développer vos missions sociales : protection sociale, épargne salariale...

Accédez aux outils des partenaires

GRANDS DOSSIERS

Accédez aux
grands dossiers

authentification requise

Les écrits pour les adhérents du Club :

  • Fiches clients
  • Questions/ réponses
  • Diaporamas…

Pour vous informer, former vos collaborateurs, alimenter votre site internet

Accédez à Infodoc-experts

Actualité sociale

  • 18.01.11

    Comité d’abus de droit

    Comité d’abus de droit

    La loi de simplification et de clarification du droit et d'allègement des procédures du 12 mai 2009 a instauré un article L.243-7-2 CSS au titre duquel l'URSSAF peut-être amenée à apporter des rectifications aux redressements envisagés en présence d'un abus de droit du cotisant qui se caractérise soit, par la constitution d'actes fictifs, soit, par le fait d'éluder ou de contourner la législation sociale.

     

    L'abus de droit se traduit par une majoration de 20%  des cotisations dues.

    En cas de désaccord sur les rectifications opérées, le cotisant comme l'URSSAF  peut soumettre le litige au comité de l'abus de droit.

    Un décret du 10 janvier 2011 fixe la composition du comité des abus de droit et la procédure applicable.

    Aussi, le directeur de l'URSSAF mentionne dans le document de fin de contrôle la possibilité de saisir ce comité ainsi que les délais impartis pour le faire.

    Le cotisant dispose alors d'un délai de 30 jours pour opter pour cette saisine (ce délai de 30 jours court à compter de la réception par le cotisant de la réponse aux observations qu'il a pu formuler  le cas échéant).

    Le comité est saisi dans le délai de 30 jours suivants la demande.

    Référence :

    Décret n° 2011-41 du 10 janvier 2011 relatif au comité des abus de droit et à la procédure de répression des abus de droit en matière de prélèvements de sécurité sociale

  • 18.01.11

    Les modalités du dispositif « NACRE »

    Les modalités du dispositif « NACRE »

    Les aides de l’Etat à la création et à la reprise d’entreprise sont globalisées dans le cadre du « NACRE » (Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d’Entreprise) depuis le 1er janvier 2009.

    Un décret précise les conditions de l’accompagnement des demandeurs d’emploi et personnes en difficulté d’insertion souhaitant reprendre ou créer une entreprise.

    Ce décret définit trois étapes du parcours d’accompagnement :

    • une phase d’aide au montage (d’une durée maximum de 4 mois pour une création ou 6 mois pour une reprise d’entreprise) ;
    • une phase d’aide à la structuration financière (d’une durée maximum de 4 mois pour une création ou 6 mois pour une reprise d’entreprise) ;
    • une phase d’accompagnement du démarrage et du développement de l’activité de l’entreprise (d’une durée de 36 mois).

    Ces conseils sont dispensés par des organismes labellisés et conventionnés par l’Etat. Le créateur ou repreneur a le libre choix de l’organisme conventionné qui l’accompagne. Les conditions d’octroi du label seront définies par un arrêté.

    L’opérateur conventionné peut refuser d’accompagner une personne :

    • soit du fait de l’absence de difficultés particulières du demandeur ;
    • soit du fait de l’inconsistance ou de viabilité économique du projet.

    Rappelons que par ailleurs, le créateur ou repreneur peut bénéficier sous certaines conditions d’un prêt à taux zéro.

    Référence :

    Décret du 23 décembre 2010, n° 2010-1642

  • 18.01.11

    Pérennisation du dispositif de retraite progressive

    Pérennisation du dispositif de retraite progressive

    Deux décrets en date du 30 décembre 2010 abrogent le décret du 7 juin 2006 et pérennisent ainsi le dispositif de retraite progressive qui devait s’achever le 31 décembre 2010.

     

    Rappelons que la retraite progressive permet à l’assuré de pouvoir cumuler une fraction de sa retraite avec un revenu d’activité à temps partiel. La retraite progressive concerne aussi bien les salariés que les travailleurs non salariés.

    Référence :

    Décret n° 2010-1730 du 30 décembre 2010 relatif à la retraite progressive du régime général

    Décret n° 2010-1739 du 30 décembre 2010 relatif à la retraite progressive des artisans, des commerçants et des chefs d’exploitation ou d’entreprise agricole

  • 18.01.11

    Fixation des modalités de départ à la retraite

    Fixation des modalités de départ à la retraite

    Un décret en date du 30 décembre 2010 fixe l’âge d’ouverture des droits à la retraite.

    Un décret en date du 30 décembre 2010 fixe l’âge d’ouverture des droits à la retraite de la manière suivante :

    • 60 ans pour les assurés nés avant le 1er juillet 1951 ;
    • 60 ans et quatre mois pour les assurés nés entre le 1er juillet 1951 et le 31 décembre 1951 inclus ;
    • 60 ans et huit mois pour les assurés nés en 1952 ;
    • 61 ans pour les assurés nés en 1953 ;
    • 61 ans et quatre mois pour les assurés nés en 1954 ;
    • 61 ans et huit mois pour les assurés nés en 1955 ;
    • 62 ans pour les assurés nés à compter du 1er janvier 1956.

    Il précise également les conditions de maintien d’une pension de retraite à taux plein  à l’âge de 65 ans pour les parents d’enfants handicapés. Ainsi, ces derniers peuvent bénéficier d’une retraite à taux plein à l’âge précité, s’ils justifient soit de leur qualité d’aidant familial pendant une durée minimale de 30 mois de leur enfant handicapé, soit d’une majoration de leur durée d’assurance d’un trimestre au minimum dans les conditions prévues à l’article L. 351-4-1 du CSS.

    Il étend à tous les travailleurs handicapés (au sens du code du travail) la possibilité de bénéficier d’un départ anticipé à la retraite.

    Le décret modifie, par ailleurs, le dispositif de départ à la retraite anticipée au titre des carrières longues en instaurant d’une part, la possibilité de partir à la retraite à 60 ans pour les assurés nés à compter du 1er juillet 1951 et qui ont commencé à travailler avant l’âge de 18 ans. D’autre part, il relève progressivement l’âge d’accès au départ anticipé à la retraite.

    Référence :

    Décret n° 2010-1734 du 30 décembre 2010 relatif à l’âge d’ouverture du droit à pension de retraite et portant application des articles 17, 20 (III) et 21 (III) de la loi no 2010-1330 du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites

Dernières mises à jour

  • 27.05.19

    Obligations sociales à respecter dès la 1ère embauche

    Le développement de l’entreprise conduit naturellement à envisager l’embauche du premier salarié. Cette décision, si elle est en soi positive, déclenche toute une série d’obligations (affiliation aux organismes sociaux, déclaration d’embauche…), y compris lorsque l’embauche est envisagée pour une durée temporaire.

    L’employeur est, dès lors, confronté à de nombreuses problématiques allant de la rédaction du contrat en choisissant de manière appropriée les clauses spécifiques jusqu’à la rédaction du règlement intérieur si l’activité de l’entreprise ou du salarié le justifie, du déclaratif de l’embauche jusqu’à la remise du bulletin de paie.

    L’embauche du premier salarié génère pour le client une demande forte de conseils en droit social afin de prendre les bonnes décisions en pleine conscience du risque juridique.

    Pour accompagner les cabinets dans cette mission, le Club social propose un outil pratique sur les obligations sociales à respecter dès la 1ère embauche. La réglementation sociale étant complexe, chaque thématique est envisagée sous forme de fiches synthétiques afin d’aller à l’essentiel et de pouvoir gérer facilement les risques de contentieux afférents :

    • un outil simple et accessible regroupé autour de 4 thématiques (« embauche » « exécution » « rémunération » « affiches et registres »)
    • une rédaction des fiches mettant en avant les points de vigilance
    • une mention des textes de références sur chaque fiche afin de permettre à l’utilisateur d’approfondir le sujet
    • des modèles de contrats de travail adaptables en fonction des besoins
    • la plupart des fiches thématiques assorties d’exemples concrets
    • des outils de gestion proposés en lien

     

    Télécharger l'outil

    > Télécharger l’outil « Obligation sociales à respecter dès la 1ère embauche » (PDF incluant, en téléchargement signalé par des pictos, 20 fiches outils, une fiche client, 4 exemples de contrat).

  • 16.05.19

    Outil : Epargne salariale

    L’épargne salariale est un ensemble de dispositifs, permettant aux entreprises de verser des primes d’association à la performance (intéressement), aux bénéfices (participation) ou d’incitation à l’épargne (abondement) en bénéficiant d’avantages sociaux et fiscaux.

    Si les TPE et PME en sont actuellement très peu équipées, la suppression du forfait social depuis le 1er janvier 2019 devrait les inciter à s’y intéresser.
    Il faut communiquer auprès des chefs d’entreprise sur le régime fiscal et social attractif de ces dispositifs, tant pour l’employeur que pour les bénéficiaires.
    Il faut aussi mettre en avant le fait que le chef d’entreprise et son conjoint ayant un statut de conjoint collaborateur ou de conjoint associé peuvent bénéficier de l’intéressement, de la participation et des plans d’épargne salariale, sous certaines conditions.
    Sans oublier le respect du calendrier pour la validité des accords liés à la mise en place d’un dispositif d’épargne salariale, l’expert-comptable peut profiter de la présentation des comptes à son client pour effectuer un point sur le social, tant pour valoriser le travail de l’année écoulée que pour lui faire des propositions, notamment en ce qui concerne l’épargne salariale et d’en promouvoir ses avantages.
     
    L’outil présenté reprend une partie seulement des écrits contenus dans la thématique qui figure sur le site d’Infodoc-experts.
     
    > Télécharger l’outil « épargne salariale » : document en PDF incluant, notamment, pour la mise en place d’un accord d’intéressement, trois fiches techniques, et, en téléchargement (signalé par des pictos), un exemple d’accord, des formules de calcul et de répartition. Pour vous aider à présenter la mission aux clients, vous trouverez des fiches marketing et la lettre de mission.

  • 10.05.19

    Dossier Professions Libérales - Les professions libérales en chiffres

  • 10.05.19

    Dossier Professions Libérales - Retraite universelle : une réforme à risques pour les professions libérales